mardi 23 août 2011

Utilisation d’un oscilloscope




Pour utiliser un oscilloscope analogique, mieux vaut comprendre comment il fonctionne...
cours-techniques.blogspot.com
  • Après avoir allumé l’oscilloscope, on peut régler l’intensité du faisceau d’électrons et sa focalisation. (Si l’image n’est pas bien orientée, on peut ajuster l’horizontalité avec un tournevis.)
    cours-techniques.blogspot.com


    Remarque :
     s’il n’y a pas de trace avec l’intensité au maximum, pas de panique : lisez la suite.
  • On place l’oscilloscope dans la configuration la plus usuelle : tous les boutons sortis, les sélecteurs du haut en haut, ceux du bas en bas. (une seule voie 1, déclenchement sur cette voie, mode DC et balayage)
  • Il faut préparer la voie 1 :
  •  En se plaçant sur GD (ground), on règle la position de la trace pour une tension nulle avec le potentiomètre POS (en bas pour une tension toujours positive, au milieu pour une tension bipolaire).
     Utiliser ensuite le mode DC (pas le mode AC qui sera expliqué plus loin.
     On choisit le calibre 5 Volts par division pour éviter que la trace sorte de l’écran et surtout on tourne le potentiomètre de calibration à fond à droite jusqu’à ce qu’on ressente le clic indiquant que l’on peut mesurer !
    Remarque : pull X5 permet d’avoir des calibres multipliés par 5.
     
  •  Occupons-nous du déclenchement (triggering) :
  • L’oscilloscope ne peut stabiliser à l’écran que des tensions périodiques : il redessine toujours la même courbe en observant la tension source (à placer sur CH1 si on ne se sert que de la voie 1).


    Remarque : Ne pas utiliser COUPLING pour le moment.
    Le niveau de déclenchement (LEVEL) est la valeur de la tension observée (CH1 ou CH2) que l’oscilloscope attend en montant ou en descendant suivant l’état + ou - du bouton pente (SLOPE). Si cette valeur n’existe pas, il s’impatiente et dessine n’importe quoi.
    Remarque : a) Ne pas utiliser le mode alterné (ALT) sauf si les tensions de CH1 et CH2 n’ont pas la même fréquence : il ne respecte pas les décalages temporels des deux tensions.
     b) Si les tensions sont trop petites pour bien déclencher l’oscilloscope, on utilise une tension plus forte (sortie TTL du générateur par exemple sur l’entrée EXT TRIG
  • La base de temps (mode balayage)
     
  • a) La position horizontale est réglée pour avoir le début de la trace au début de l’écran (on peut mieux apprécier la valeur réglée pour le déclenchement.)
    b) On tourne le potentiomètre central à fond à droite pour avoir une valeur précise de la vitesse de balayage (on perçoit le clic du blocage mais on l’entend moins ou pas du tout).
    c) On règle la vitesse de balayage en S/division ou mS ou µS par division pour avoir une période sur l’écran ou un peu plus.
  •  Choix du mode vertical 
  • a) Comme il y a 2 voltmètres graphiques, on peut voir l’une ou l’autre voie avec CH1/CH2 ou les deux en même temps avec DUAL.
    b) Il arrive qu’à cause de la masse commune, on observe l’opposé d’une tension. Il faut alors utiliser la voie 1 qui est la seule à pouvoir être "inversée" avec NORM/INV 1
    c) Le dernier bouton sert à faire des additions en mode MONO ou des soustractions (avec INV 1) mais attention : il faut utiliser les mêmes calibres pour les voies 1 et 2 !
    d) En mode DUAL, le dernier bouton fait tracer les 2 courbes de manière alternée ALT ou découpée CHOP (un petit morceau de la voie 1, puis un petit morceau de la voie 2, etc.). Attention : si le mode découpé (CHOP) permet d’avoir moins de clignotement en basse fréquence, le découpage devient visible en haute fréquence.
  • Il reste le mode XY  et le test de composant  qui feront l’objet d’un article un peu plus tard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

contrat creative commons